Revitalisation des centres-bourgs : des habitants témoignent

Revitalisation des centres-bourgs : des habitants témoignent

En charge en Isère du pilotage de la réflexion sur la revitalisation des centres-bourgs, le CAUE a interrogé des ménages isérois qui ont franchi le pas pour habiter en centre-bourg.

Quelles places tiennent aujourd’hui les centres-bourgs dans nos politiques d’aménagement ?
Si quasiment chaque PLU aujourd’hui se dote d’une OAP* "centre-bourg" ou "centre-village", c’est peut-être plus par souci de cohérence avec la législation qu’avec la certitude de faire renaître leur cœur de commune.

Les limites de la planification urbaine se font jour au moment où chacun peut percevoir que, malgré la présence de ces documents d’urbanisme aux principes vertueux, les miracles ne se décrètent pas. Le dynamisme propre à chaque territoire relève souvent d’un mystère et du talent des acteurs.

Interroger des habitants qui font le choix d’aller vivre en centre-bourg, c’est tenter de voir en quel point la renaissance de coeur de commune tient à peu de choses : un endroit où l’on arrive par hasard, où l’on finit par se sentir bien, une opportunité de partir ou justement de revenir, un lieu où l'on se projette facilement, parce que la ligne des montagnes au loin ou la boulangerie du coin de la rue nous rassurent.

Les habitants que nous avons interrogés n’abordent jamais – et c’est compréhensible – les documents de planification urbaine. Ils nous parlent des pépins de la vie, du temps qui passe et de leur envie d’être simplement bien où ils sont. Ils nous parlent de leur sentiment de gratitude pour les élus qui ont fait construire ou rénover les logements confortables dans lesquels ils vivent et aussi de leur vie dans leur cité, eux qui vivent au coeur de leur commune.

L’habitant de la cité, c’est d’ailleurs le terme qui a donné celui de "citoyen". Les personnes interrogées ne parlent pourtant pas, ou peu, de politique. Elles ne parlent pas "conformité" ou "compatibilité", ni "arrêt en conseil municipal". En revanche, elles nous parlent de la façon dont le centre-bourg a été, un moment dans leur vie, un lieu où se poser. Ces ménages nous parlent finalement de choses essentielles de la vie, ce qui est le plus bel hommage pour un concepteur ou un élu.

La revitalisation des centres-bourgs nous amène, nous citoyens, professionnels ou élus, à réinterroger le sens de nos documents de planification. Si leur existence paraît indispensable à la mise en place d’une stratégie d’aménagement cohérente, on ne saurait bien entendu pas s’en satisfaire. Au-delà des règles et des stratégies, aussi claires et cohérentes soient-elles, l’aménagement du territoire requiert, pour trouver du souffle, de se pencher aussi sur ces itinéraires sensibles qui en disent parfois plus long que les meilleurs diagnostics, pour tenter d’offrir du "potentiel d’appropriation" et de véritables lieux de vie.

Cinq portraits d’habitants ont été réalisés.

Venez découvrir les deux derniers portraits : Sophie et Colette

*OAP : Orientation d’aménagement et de programmation, élément du Plan Local d’Urbanisme qui vise à définir des intentions particulières d’aménagement sur un secteur donné.

Retour

devenez
adhérent !

J’adhère

restez
informé !

Je m’inscris